INFECTIONS  GENITALES
DE LA FEMME

 

 

      Proximité anat avec la région perineo anale et la transpiration  sont des sources physiologiques de colonisation

      Le pH de la transpiration (3 à 5 )favorise la migration ano vaginale des germes coliques

      La flore forme un biofilm qui empêche l adhésion des germes pathos

      Importance  aussi de l’immunité de l hôte

 

FLORE VAGINALE

 

      VULVE VAGIN EXOCOL :flore commensale

      ENDOCOL UTERUS TROMPE :stérile

      Le col de utérus est verrou microbiologique

 

 

VULVOVAGINITES  BANALES SUR UN EPISODE ISOLE DE VULVITE  VAGINITE…

Les symptômes prédictifs

ARIANE A 24 ANS

 

Conduite  a tenir

 

Le traitement classique :

En cas de symptomatologie suraiguë  OU récidives très fqts

Traitement per os

SI     NECESSAIRE

Les récidives mycosiques

 

 

Le cahier des charges du produit d’hygiène génitale idéal…

Respecter le pH vulvaire

Respecter la flore locale

Le bon produit d’hygiène génital…

VAGINOSE

traitement

mycoplasmes

Conduite à tenir

 

VAGINITE BACTERIENNE

 

      Escherichia coli      streptocoque

      Flore monomorphe  et doderlein  = 0

      Vulvo-vaginite                                             ttt ab

 

 

SUR UN EPISODE ISOLE
DE VULVITE …

 

Dermite caustique
traitement

Psoriasis

 

Classement des dermocorticoïdes

 

 




            ULCERATIONS

 

Aphtose : traitement

Enfin, la vulve peut être douloureuse sans raison évidente…

Les voies thérapeutiques…

Les voies thérapeutiques…

 

CONCLUSION

 

 

 

DEPISTAGE DES IST EN 2007

 

      HERPES              .  TRICHOMONAS

      CLAMYDIAE  TRACHOMATIS

      GONOCOCCIE

      SYPHILIS

      HPV

Epidemiologie ISTdans le monde

 

      350 M nouveaux cas IST  par an  dans le monde

      10 par seconde          

      Augmentation de  4,5 %  par an

      Toutes les ist  favorisent transmission du hiv

 

 

HERPES  GENITAL

 

      60% sujets infectes par HSV2 (génital)    70% par HSV1(oro-cutane)    l’ ignorent  en  raison de formes  asymptomatiques  ou de   faux diagnostics

      IST   incurable  contagieuse

      HSV transmis lors de crises mais aussi lors d‘ excrétions virales asymptomatiques

 

      Dans pratiquement toutes les études, la prévalence féminine de HSV2 est supérieure à la prévalence masculine :

   En France, en 19961 :

   prévalence hommes 13,7 %

    prévalence femmes 17,9 %

 

TRICHOMONOSE

 

      Due à trichomonas vaginalis  protozoaire flagellé extra cellulaire anaérobie

      Mst la plus fqt au monde , recule en occident                                                                                                                                                

      20%cas asymptomatique

Sinon leuco urétrite  prurit

Chez homme 90% asymptomatique

Traitement des 2 partenaires   metronidazol 2g      

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

 

INFECTIONS A CHLAMYDIA

 

      Prévalence maximale entre 15 et 25 ans chez les femmes

      Et 15 et 34 ans chez les hommes

Incubation de quelques jours à quelques semaines

Mais asymptomatique  dans 70% des cas

 

Prévalence de 5 à 10 % chez les femmes de moins de 25 ans : 2 exemples

      Val de Marne : prév. toutes femmes : 7,1 %

                              prév. femmes < 21 ans : 8,7

Difficile de savoir car aymptomatique le +svt

En augmentation      

 

Rappel clinique :

 

      Asymptomatique  ou cervicite, leucorrhées , urétrite  ,y penser devant métrorragies .

      1ère cause d’infertilité tubaire

      Responsable de 40 % des cas de grossesses ectopiques (en augmentation en France)

      Urétrite prostatite  subaigue chez homme

      La guérison bactériologique  ne garantit pas la guérison anat et fonctionnelle, des lésions  tubaires étant déjà constituées

 

Dépistage  simple

 

      -sur premier jet d urine du matin  par  PCR (polymerase chain reaction) 

      -sinon prélèvement urètre  ou endocol

      -exposition / prélèvement: délai de 2 semaines

      -pays scandinaves dépistent et diminution stérilité

      -en France  proposé dans certains centres IVG   

      -jeunes filles mal informées sur CT

 

INFECTIONS A GONOCOQUES

 

      Neisseria gonorrheae , pic dans les années 70;diminution et recrudescence depuis 2000

      Augmentation sensible du nb de gonococcies ano-rectales    pharyngées  masculines

      Paris : nette augmentation chez les sujets homo ou bisexuels

      Province : augmentation plus progressive et également dans les milieux hétérosexuels

 

      Toujours symptomatiques chez l’homme

      Asymptomatique dans 50 % des cas féminins        15 à 30 ans  sinon  :cervicite  leuco  urétrite

      Complications identiques à Ct : stérilité

      Problème de résistance aux quinolones

 

 

SYPHILIS

      Infection quasi disparue en 1990 en France

      Réapparition de cas à partir de 2000 surtout chez les hommes homosexuels masculins 

      Nombre multiplie par 2 en 1 an à paris

      Réapparition en province plus tardive mais confirmée : pop homo mais aussi hétérosexuelle

 

      Risque le plus important : syphilis congénitale (transmission mère-enfant en cours de grossesse)

      Chancre syphilitique ; ulcération indurée, indolore,guéri spontanément en 1 mois sans cicatrice

      Puis syphilis secondaire : roséole;syphilides cutanées contagieuses  tronc et visage  ,palmo plantaire

 

 

 

PAPILLOMAVIRUS     HUMAIN  HPV

 

      80 types differents    16 et 18 = 70% des k col

      Dans 99.7% des K du col  uterin     3400 par an

      Pic incidence  40 ans  pic mortalité  50 ans

    2ieme cause de DC par k     1000 par an

      70%des femmes sexuellement actives , MST la +fqt (le préservatif ne protége que à 70%du hpv)

      Naturellement élimine  sinon évolution sur 10 ans et K ,fonction du statut immunitaire  ,Z  TABAC

 

HPV

      Dans pays riches le frottis a transforme  le k  du col maladie mortelle en maladie + rare

    Mais sensibilité imparfaite :  faux negatifs ;dépistage mal organise  ;maladie non eliminee  55%  femmes sont bien suivies45% pas ou mal suivies (frottis =0 ou + de 6 ans )

    GARDASIL  sanofi pasteur  dirige contre 6 11 condylome     et 16 18 K

    GERVARIX gsk   16 et 18

    Efficacité minimale de 5 ans

    Vacciner avant  premier contact sexuel vers 14 ans.

    3%des jeunes filles non vierges avant 15 ans;1%avant 14 ans

 

      Vaccin sans effet sur infection installée            mais taux ac très sup à taux ac lors infection naturelle                                    Information des mères      PB DU COUT ET REMBOURSEMENT

      Z ne protége pas des autres IST ;ne pas confondre avec HIV     mettre préservatifs

      IL faut continuer à faire des frottis   ne protége que de 70% des  K

 

 

COMMENT DEPISTER ?

 

      Pour les lésions génitales, la recherche virale s’impose en cas de suspicion d’herpès génital

Clamydiae  pcr  1 jet  urine endocol urètre

      Sérologie VIH, syphilis  hépatite B

      Recherche gono  prélèvement bacterio 

 

PREVENTION

   INFORMER

   EXPLICATION   PRESERVATIF PAS UNIQUEMENT POUR HIV

   METTRE   PRESERVATIF DES LE DEBUT DU RS

   CONSULTER SI CHGT PARTENAIRE SANS   PRESERVATIF  POUR DEPISTAGE

   FAIRE FROTTIS  REGULIEREMENT

 

 

 

PHOTOS  IST

      HERPES

      GONO

      SYPHILIS

      HPV

CYSTITES 


      INFECTIONS URINAIRES  clinique bruyante   urinaire      ECBU    ttt AB

 

      URETRITE CYSTITE    ECBU –

      douleur pelvienne   diagnostic clinique

      Antiseptique  anti-inflammatoire   long terme .      Canneberge :protection des parois urinaires

      Uriner après  rs              cas de fusion uretro hymeneale  favorise inflammation urètre  ttt chir

 

FEMME ENCEINTE

 

      Z infection urinaire asymptomatique  risque pyélonéphrite

      Syphillis  dépistage  obligatoire

      Herpes néonatal 3 pour 100000 naissances 50% mortalité ou séquelles

      Mycoplasme , vaginose on tt

      Strepto B on tt si symptômes

      Penser aux autres mst 

      Risque  prema  chorioamniotite  infection néonatale  endométrite pp

 

  sécheresse vaginale
lubrification

      Estrogene  : trophicité

      Lubrification :glande vulvaire non hormonodependant

      Femme jeune : pb  lubrification z co pg ou peu dosee en estrogène      tt lubrifiant

      Femme ménopausée  : atrophie  par manque estrogène     ttlocal au minimum (  à minima si rs reguliers )physiogyne colpotrophine  ovule , gydrelle trophicreme  creme

 

 

Vaginite petite fille

 

      Souvent  contamination  par flore fécale ou corps étranger intra vaginal

      Rappeler hygiène   essuyage avant en ar toilette génitale quotidienne, polygynax virgo   savon adapte

      Oxyurose       vulvite et prurit anal  (fluvermal)

 

 

Dysménorrhée

 

      Menstruation  douloureuse  avec crampes  utérines  pré ou per menstruel primaire  ou secondaire à lésions génitales

      50% des femmes

      Association  tb digestif  migraine

      Hypercontractilite uterine avec hypoxie utérine

      Chute pg =+prostaglandines endometriales

      +prost =+contractions  utérines

      Eliminer lésion organique    :interrogatoire examen clinique ; échographie  ;voir coelio

 

traitement

      Antispasmodique   spasfon     ou       paracetamol

 

      Sinon  AINS  ils inhibent prostaglandines   z si CI : age   , ulcère  , tb coagulation..

      Prescrire avant la douleur,la veille

      Choisir demi vie  brève  :  ibuprofene  naproxene500mg 2 fois par jour ..

 

      Progestatif  15  25   diminue motricité utérine  en diminuant les prostaglandines

 

      Progestatif+ AINS

 

       Contraception orale  prog ou estro progestative

      Diminution des prostaglandines par atrophie endometriale , prog  purs plus efficaces

 

      CO + AINS

 

      CO non stop